École de sténographie
judiciaire du Québec


Développe ton potentiel


Devenir sténographe : les grandes lignes

steno


Réussir le programme de l’École de sténographie judiciaire-Réussir l’examen du Comité sur la sténographie-Se conformer aux exigences du Règlement sur la formation, le contrôle de la compétence, la délivrance d’une attestation et la discipline des sténographes (R.R.Q., c. B-1, r. 13)

Voir la section « Conditions d’admission » pour les détails.

Formation


-Formation sur 2 ans, à raison de 3 sessions par année
-Évaluation régulière du niveau de performance
-Standards élevés de performance à atteindre
-26 cours et un stage à la fin du programme

Déroulement


-2 années
-3 sessions par année : de septembre à décembre, de janvier à la mi
-avril et de fin avril à la mi-août.
-2 semaines de congé entre chaque session
-Cours à tous les jours, soit en AM, soit en PM

Travail personnel


-Minimum 3 heures par jour, 7 jours par semaine (peut
-être plus, selon la rapidité ou l’évolution de l’apprentissage de la personne)

Diplôme


-Attestation d’études collégiales (A.E.C.) en sténographie judiciaire

Investissement monétaire


-Frais de scolarité totaux : 11 620 $
-Frais de documentation : 600 $ (100$ / session)
-Équipements :
-Sténotype Wave (environ 1500 $)
-Dispositif pour l’enregistrement
-Logiciel Case Catalyst (étud. 500 $ ou pro 4000 $)
-Logiciel de transcription Express Scribe, pédalier et écouteurs
-Ordinateur portable
-Imprimante

Investissement en énergie Apprentissage d’un langage :


-Mémorisation des codes traduisant le français parlé en sténogrammes, lesquels correspondent à une ou plusieurs touches du clavier de la sténotype

Apprentissage d’un équipement :


-Maîtrise du doigté (le clavier d’une sténotype compte 22 touches) et apprentissage des codes correspondant à chaque touche

Apprentissage d’un logiciel :


-Qui permet l’élaboration d’un dictionnaire sténo-français à partir d’un dictionnaire de base fourni au début du cours, l’alimentation d’une base de données afin de gérer les homonymes, l’édition du texte, les formats de page et l’impression des fichiers.

Développement de la vitesse :


-Maîtrise des différentes composantes (sténogrammes et doigté) de façon à transcrire simultanément des propos énoncés à débit très rapide (200 mots/minute), vitesse requise pour l’examen du Comité sur la sténographie.

Aptitudes nécessaires à la réussite (programme et profession) Acquises :


-Maîtrise parfaite du français écrit

Physiques :


-Bonne psychomotricité
-Bonne audition
-Endurance à la position assise parfois pour plusieurs heures

Mentales :


-Excellente capacité de concentration
-Bonne maîtrise du stress
-Excellent raisonnement logique
-Bonne capacité d’apprentissage

Attitudes :


-Motivation
-Persévérance
-Assiduité
-Rigueur
-Autonomie
-Discipline
-Débrouillardise
-Ponctualité
-Sociabilité : entregent, politesse, respect, etc.

Description du métier


Le sténographe officiel, titulaire d’une attestation d’études collégiales (A.E.C.) en sténographie judiciaire et du Certificat de compétence délivré par le Comité sur la sténographie, pratique la sténographie dans le cadre de l’administration de la justice. Il est un officier de la Cour supérieure soumis à son contrôle, tel qu’édicté dans la Loi sur les sténographes (L.R.Q., c. S—33). À ce titre, certains actes lui sont réservés. Essentiellement, son rôle est tout d’abord de noter les mots à la vitesse de la parole au moyen de signes conventionnels, des sténogrammes, à l’occasion d’interrogatoires, de procès, de commissions rogatoires, etc.

Le sténographe officiel doit ensuite transcrire ses notes sténographiques en écriture courante. Les transcriptions sténographiques effectuées par les sténographes officiels sont transmises, sur paiement des frais prévus au Tarif, habituellement au procureur qui a retenu ses services, qui généralement les déposera à la Cour aux fins de référence ultérieure à la preuve et aux témoignages rendus. Le sténographe officiel est celui qui a la responsabilité de la bonne tenue des séances lors de témoignages hors cour. Les parties doivent donc pouvoir compter sur sa neutralité et son impartialité. À ce sujet, notons l’entrée en vigueur en septembre 2003 de l’article suivant du Code de procédure civile:

« 45.1 Respects du témoin. Le respect dû au témoin commande que tout interrogatoire hors cour soit conduit de la même manière qu’en audience du tribunal; s’il y a dérogation au décorum ou au bon ordre, le sténographe peut suspendre la séance pour obtenir sur-le-champ une directive du juge pour sa continuation. »

Enfin, le sténographe garantit, sous son serment d’office, la fidélité et l’exactitude des transcriptions sténographiques. Il joue donc un rôle unique et crucial à cet égard.


Perspectives professionnelles


La personne détenant l’attestation d’études collégiales (A.E.C.) en sténographie judiciaire ainsi que le Certificat de compétence délivré par le Comité sur la sténographie peut travailler partout au Québec à titre de sténographe officiel, comme travailleur autonome et offrir aux justiciables ou aux avocats des services de prise au moyen de sténotype électronique et de transcription sténographique assistée par ordinateur. Elle pourra assurer non seulement les interrogatoires hors cour, les audiences devant les tribunaux judiciaires et quasi-judiciaires, les commissions rogatoires, les arbitrages, les enquêtes de bornage, mais également des réunions de conseils d’administration d’organismes publics et d’entreprises privées, des sessions du Sénat, etc., et pourra transcrire ses notes et, sous son serment d’office, les certifier comme étant fiables et exactes. De plus, le sténographe peut aussi travailler dans le monde extrajudiciaire, selon son intérêt et son ingéniosité.

Le sténographe officiel est au coeur du système judiciaire québécois.

Le détenteur d’une attestation d’études collégiales (A.E.C.) et d’un Certificat de compétence pourra établir son bureau de sténographie officielle ou encore s’associer avec des collègues, et avoir tout le personnel de soutien nécessaire au bon fonctionnement de son entreprise. Mentionnons aussi que les tribunaux pénaux internationaux (ex. : Rwanda, La Haye) ainsi que l’ONU recrutent des sténographes officiels sur une base permanente ou temporaire.

Selon l’Association professionnelle des sténographes officiels du Québec, à l’heure actuelle, il existe sur le marché québécois une demande potentielle évaluée à plus ou moins 150 sténographes officiels additionnels alors qu’il n’y en a que 160 actuellement. Cette situation permettra à chacun des nouveaux sténographes officiels de se tailler une place de choix sur le marché.


Frais

Le Conseil de l’École de sténographie judiciaire du Québec détermine le montant des frais de scolarité et de documentation ainsi que les dates limites de versements.

Frais de scolarité 2016 - 2017

11 880 $ pour 6 session OU
1 980 $ par session

Frais de documentation : 600 $ (100 $ par session)

L’AIDE FINANCIÈRE DU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION

L’École de sténographie judiciaire du Québec est une institution reconnue en vertu de la Loi sur l’aide financière aux études (L.R.Q., c. A-13.3, art. 1). L’étudiant admis à l’École de sténographie judiciaire du Québec est admissible aux prêts et bourses s’il remplit les conditions requises par la loi et les règlements. Cependant, si ce dernier se désiste en cours d’année scolaire, il perd son statut d’étudiant à temps plein et de ce fait, n’est plus admissible aux prêts et bourses. L’étudiant qui désire faire une demande d’aide financière doit la faire à partir du site Web de l’aide financière aux études (www.afe.gouv.qc.ca) Aux fins de l’aide financière, le code d’établissement de l’École de sténographie judiciaire est le « 692580 » et le code du programme d’attestation d’études collégiales est le « JCA0L ». Il faut sélectionner « formation en cheminement continu ».

AIDE PÉDAGOGIQUE INDIVIDUELLE (API)

L’API vous accompagnera tout au long de votre parcours. Il vous conseillera, assistera et guidera afin de prendre les meilleures décisions pour votre cheminement. L’API se fera un plaisir de répondre à vos questions, de vous guider dans la progression de votre cheminement et de vous éclairer face aux options proposées. Il peut aussi vous aider à résoudre des difficultés qui peuvent entraver la bonne marche de vos études. Vous êtes un étudiant de l’École et vous désirez prendre un rendez-vous avec votre aide pédagogique individuel, vous en faites la demande à l’École, qui vous mettra en contact avec cette personne.

LES REÇUS POUR USAGE FISCAL

Les documents officiels pour la déclaration fiscale, soit le « Relevé 8 : Montant pour études post-secondaires » et le « Certificat pour la déduction relative aux études (T2202A) » sont délivrés automatiquement à la période des impôts. Noter que les reçus délivrés l’année courante comportent les sommes versées du 1er janvier au 31 décembre de l’année courante et que les frais de documentation n’y figurent pas puisqu’ils ne sont pas déductibles des revenus.

CARTES ÉTUDIANTES

La carte d'étudiant est remise personnellement et exclusivement à l'étudiant à l'issue de la procédure d'inscription administrative.

Demande d'admission

Période de d’inscription : au printemps, une fois par année.
Date limite de présentation d’une demande d’admission : 3 juin 2017 (frais d’admission de 50$)
Tests d’admission et de français : Vendredi, le 10 juin 2017, à Montréal (Présence obligatoire).
Date du début des cours : 28 août 2017
*Il est possible de soumettre une demande, durant l’été 2017, contactez l’ÉSJQ pour en savoir plus…

TEST D’ADMISSION

L’École organise une session de tests qui servira à sélectionner les candidats à l’admission à l’École. Cette session comportera des :
• Test de français (dictée et questionnaire)
• Test sur clavier (connaissance de Word et vitesse 40 mots/min)
• Test psychométrique (ces tests visent à évaluer les aptitudes et connaissances des candidats quant à concentration; maîtrise du stress; audition; psychomotricité; et la culture générale)

PROCÉDURE D'ADMISSION

Pour compléter une demande d'admission dans un programme d'études vous devez fournir les documents suivants. :
1. Formulaire de demande d'admission dûment rempli
2. Photographies
Deux photographies de type passeport (format obligatoire : 7 cm x 5 cm (2 3/4 po x 2 po)) récentes qui présentent une vue de face complète des épaules et de la tête et identifiée au verso EN LETTRES MOULÉES (aucune signature). Les photographies doivent être numérisées et elles doivent être jointes avec le formulaire en ligne. Les photos originales doivent être envoyées par la poste avec les documents requis. 3. Preuve d’un statut particulier

POUR LE CANDIDAT NÉ AU CANADA

• Le candidat né au Québec doit fournir un Certificat de naissance (grand format) du Registre de l’État civil du Québec. Pour ce faire, il doit s’adresser au Directeur de l’État civil du Québec.
POUR LE CANDIDAT NÉ À L’ÉTRANGER ET AYANT OBTENU LA CITOYENNETÉ CANADIENNE • La carte identifiée « Certificat de citoyenneté canadienne » OU l’original d’un Passeport canadien valide OU le Certificat de commémoration de citoyenneté canadienne.

POUR UN RÉSIDENT PERMANENT :

• Copie recto verso de votre Carte de résidence permanente ET une copie de votre Certificat de sélection du Québec (C.S.Q.). Puisque l’École forme de sténographe officiel pour la réalité du Québec, elle n’accepte pas les candidats étrangers.
4. Le dernier relevé de notes obtenu
5. Un Curriculum vitae récent
6. Une lettre de motivation
7. Le paiement des frais
Demande d’admission : Frais de 50 $
Les droits d’admission peuvent être payés:
-par mandat-poste,
-par chèque payable à l’ordre de l’École de sténographie judiciaire du Québec
Acheminer vos documents originaux par la poste à :
École de sténographie judiciaire du Québec

Maison du Barreau
445, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2Y 2Y7



steno


La formation est offerte en ligne exclusivement

steno


Note : Le programme est reconnu par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, et sanctionné par une Attestation d’études collégiales (AEC). Les étudiants de l’École peuvent bénéficier des programmes d’aide financière offerts aux étudiants de niveau collégial.



Questions fréquemment posées

Le sténographe officiel est un officier public qui recueille et transcrit les dépositions des témoins à l’instance ou lors d’interrogatoires hors cour. Intervenant de première ligne, il est indispensable à la saine administration de la justice. Il a pleine autonomie, est indépendant et neutre. Il détient un pouvoir exclusif, soit de certifier que sa transcription reproduit fidèlement et exactement le témoignage rendu oralement. Il doit également s’assurer qu’un interrogatoire tenu hors la présence du tribunal se déroule dans le respect, le décorum et le bon ordre.

Garant de l’impartialité de la transcription de la preuve rendue oralement, il assure la protection des justiciables. En raison de l’importance de son rôle dans l’administration de la justice et de la nécessité qu’il soit neutre, il ne peut cumuler les fonctions d’avocat ni de huissier. L’exécution des tâches du sténographe officiel est régie par le Règlement sur la formation, le contrôle de la compétence, la délivrance d’une attestation et la discipline des sténographes, RLRQ c B-1, r 13.

Une profession mobile

Les sténographes officiels qui acceptent des mandats à l’extérieur de leur ville d’attache peuvent être appelés à travailler dans différentes régions du Québec, et même du Canada, à la demande de leurs clients.

Une profession diversifiée

Les sténographes officiels sont mandatés principalement par des avocats et des justiciables afin de prendre les dépositions de témoins lors d’interrogatoires hors cour, de procès, d’arbitrages, de commissions d’enquête, etc. Les avocats et les justiciables les mandatent également pour faire des transcriptions d’enregistrements déjà effectués. Les sténographes officiels ne sont pas assignés à un seul avocat; ils peuvent être appelés à fournir leurs services auprès de très nombreux clients avocats et justiciables.

Bien qu’il y ait une tendance à concevoir les sténographes officiels sous l’aspect judiciaire de leur profession, il faut bien prendre compte de la réalité actuelle : ils sont appelés à intervenir de plus en plus dans le domaine extrajudiciaire. Que ce soit dans le domaine de l’éducation, de l’administration, ou de la fonction publique, les compétences des sténographes revêtent de nombreux débouchés. Par exemple, le milieu de l’éducation peut aussi constituer un débouché intéressant (transcription simultanée pour élèves ou auditeurs handicapés).

Une profession autonome

Le sténographe officiel est un travailleur autonome et il est maître du temps qu’il consacre à l’exercice de son métier. (Toutefois, les revenus sont en conséquence!)

Il peut toutefois aussi s’associer en cabinet avec d’autres sténographes.

Une profession humaine

Le sténographe officiel est appelé à entrer en contact avec des gens provenant de tous les horizons, selon les mandats qui lui sont confiés.Il doit faire preuve d’un raisonnement logique, d’une bonne gestion du stress et d’une bonne capacité à se concentrer sur ce qui se passe autour de lui. Le caractère discret de sa profession, sa neutralité et son impartialité sont des facettes importantes d’un métier où la dimension humaine est omniprésente.

Une profession actuelle

Le sténographe officiel a l’occasion de prendre part à des faits, des événements et des projets qui se retrouvent au cœur de l’actualité. Que ce soit en transcrivant en simultané le bulletin de nouvelles pour les malentendants ou en rapportant un témoignage judiciaire sur sa sténotype, le sténographe officiel joue un rôle important dans l’actualité politique, événementielle, judiciaire, culturelle, etc.

Le métier de sténographe officiel est méconnu, mais essentiel au bon fonctionnement du système judiciaire québécois. Il existe présentement une pénurie de sténographes judiciaires un peu partout au Québec. De plus, les débouchés professionnels ne se limitent pas seulement au monde de la justice. En effet, grâce aux compétences acquises durant la formation en sténographie judiciaire, il est possible de se trouver un emploi dans le domaine de l’éducation, de la fonction publique et bien plus encore. Chaque sténographe est, en fait, un travailleur autonome, il peut donc adapter son milieu de travail, son horaire et sa charge de travail selon sa créativité et ses propres ambitions.

Il faut obtenir le diplôme d’attestation d’études collégiales (A.E.C.) en sténographie judiciaire de l’École de sténographie judiciaire du Québec. Ce diplôme est délivré à l’étudiant ayant complété avec succès la formation et l’examen du Comité sur la sténographie. Il faut aussi se conformer aux exigences du Règlement sur la formation, le contrôle de la compétence, la délivrance d’une attestation et la discipline des sténographes (R.R.Q., c. B-1, r. 13). Finalement, il faut être conscient des exigences de la formation qui mène au métier de sténographe officiel. Il s’agit d’un investissement en temps, en argent et personnel menant à une carrière stimulante et personnalisée.

Le métier de sténographe officiel est méconnu, mais essentiel au bon fonctionnement du système judiciaire québécois. Il existe présentement une pénurie de sténographes judiciaires un peu partout au Québec. De plus, les débouchés professionnels ne se limitent pas seulement au monde de la justice. En effet, grâce aux compétences acquises durant la formation en sténographie judiciaire, il est possible de se trouver un emploi dans le domaine de l’éducation, de la télévision et bien plus encore. Chaque sténographe est, en fait, un travailleur autonome, il peut donc adapter son milieu de travail, son horaire et sa charge de travail selon sa créativité et ses propres ambitions.

Formation de deux (2) ans, totalisant six (6) sessions :

– 3 sessions par année
– 3 à 4 heures de cours par jour, 5 jours par semaine
– 3 heures de pratique par jour, 7 jours par semaine
– Congé de une à trois semaines entre chaque session
– Stage de 90 heures en fin de 6e session
– Au total : 27 cours et 1620 heures de formation

Formation « synchrone à distance », i.e. tous les étudiants sont présents en même temps, mais chacun devant son ordinateur, à partir de la maison ou ailleurs.

Il n’y a pas de « salaire de départ » puisque le sténographe est un travailleur autonome. À titre indicatif, un sténographe officiel qui travaille à temps plein peut avoir des revenus de 50 000 $ et plus, selon le succès de son développement d’affaires et le temps qu’il consacre à son métier. Le sténographe officiel qui travaille à temps partiel gagnera inévitablement moins que celui qui travaille à temps complet. »

Par exemple, le Tarif des honoraires pour la prise et la transcription des dépositions des témoins en matière civile (R.R.Q., c. S-33, r. 1) prévoit des honoraires de 70,00 $ l’heure pour la prise de notes sténographiques ainsi qu’un prix à la page pour la production des transcriptions.

Il est important de comprendre les exigences de la formation en sténographie judiciaire, avant de s’enrôler dans celle-ci. En voici un aperçu non exhaustif :

Acquises :

-Maîtrise parfaite du français écrit

Physiques :

-Bonne psychomotricité
-Bonne audition
-Endurance à la position assise parfois pour plusieurs heures

Mentales :

-Excellente capacité de concentration
-Bonne maîtrise du stress
-Excellent raisonnement logique
-Bonne capacité d’apprentissage

Attitudes :

-Motivation
-Persévérance
-Assiduité
-Rigueur
-Autonomie
-Discipline
-Débrouillardise
-Ponctualité
-Sociabilité : entregent, politesse, respect, etc.

Oui, tous les candidats qui répondent aux exigences relatives à l’octroi des prêts et bourses peuvent appliquer puisque le programme de formation offert par l’École de sténographie est reconnu aux fins de l’Aide financière aux étudiants du MELS. Le code d’établissement de l’École de sténographie judiciaire est le 692580 et le code du programme d’attestation d’études collégiales est le JCA.0L.

L’administration de la justice au Québec souffre depuis quelques années du grave problème de l’absence de relève de sténographes officiels. De 300 sténographes officiels il y a 30 ans, il n’y a qu’environ 150 sténographes officiels, dont seulement la moitié, par choix, travaillent à temps plein et sur une base permanente. Ces sténographes officiels ont en majorité plus de 50 ans et très peu ont moins de 30 ans. En outre, dans plusieurs régions du Québec, il n’y a aucun sténographe officiel. Ainsi, selon l’Association professionnelle des sténographes officiels du Québec, à l’heure actuelle, il existe sur le marché québécois une grande demande potentielle.

Ainsi, selon l’Association professionnelle des sténographes officiels du Québec, il existe sur le marché québécois une grande demande potentielle, ce qui laisse présager un avenir prometteur aux nouveaux sténographes officiels.

Le manque de relève en sténographie officielle a réduit la diffusion du métier puisque très peu de gens l’exercent. De plus, bien qu’extrêmement diversifié, stimulant et essentiel, ce métier doit s’effectuer avec grande discrétion. Le sténographe officiel joue un rôle crucial dans le système judiciaire grâce à son efficacité, sa neutralité, sa diplomatie, son impartialité et, surtout, sa présence*.

*Certaines informations ont été tirées du site web de l’institution Sténotype Grandjean, l’équivalence française de l’École de sténographie judiciaire du Québec.

Tout candidat en conformité avec l’article 4 du Règlement sur le régime des études collégiales

Est admissible à un programme conduisant à une attestation d’études collégiales la personne qui possède une formation jugée suffisante par le collège et qui satisfait à l’une des conditions suivantes :

1. Elle a interrompu ses études pendant au moins deux sessions consécutives ou une année scolaire ; OU
2. Elle est visée par une entente conclue entre le collège et un employeur ou par un programme gouvernemental; OU
3. Elle a complété au moins une année d’études postsecondaires échelonnée sur une période d’un an ou plus.

Un candidat ne possédant pas de DEC peut donc appliquer à l’École de sténographie judiciaire, l’école prendra en considération toute formation et expérience de travail pertinente.

Plus précisément, l’étudiant devra se procurer les équipements suivants :

-sténotype (environ 1500 $)
-dispositif pour l’enregistrement
-logiciel Case Catalyst (étud. 500 $)
-logiciel de transcription Express Scribe, pédalier et écouteurs
-ordinateur portable
-imprimante