Sténographe officielle - Pier-Jade Duchaine - ESJQ - École de sténographie judiciaire du Québec

Sténographe officielle – Pier-Jade Duchaine

L’ÉCOLE DE STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE DU QUÉBEC DÉVOILE UNE SÉRIE DE CAPSULES VIDÉO SUR LA STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE.

MONTRÉAL, le 27 mai 2015 – Dans le cadre de sa campagne de recrutement « Développe ton potentiel, deviens sténographe officiel », l’École de sténographie judiciaire du Québec (ÉSJQ) annonce le dévoilement d’une série de capsules-entrevues réalisées pour exposer les réalités des différents acteurs du milieu de la sténographie judiciaire au Québec. Au total, sept capsules vidéo seront dévoilées au cours des deux prochaines semaines. Elles ont pour but de démystifier et de faire connaître le milieu de la sténographie judiciaire au Québec.
La première capsule est disponible dès maintenant, on y présente Pier-Jade Duchaine, sténographe officielle et diplômée de l’ÉSJQ. Pour visionner la capsule, visitez notre chaîne YouTube : https://youtu.be/ziFoDarSGFA.

DSC_5132AT

Une carrière passionnante… et en demande!
Aujourd’hui affiliée à un bureau, Pier-Jade, diplômée de l’ÉSJQ et sténographe officielle depuis 2014, constate que sa profession gagne à être connue : « On a un beau métier, c’est vraiment une carrière passionnante! » Avec un grand nombre de sténographes qui approchant de la retraite et les pénuries déjà existantes, la demande en sténographie judiciaire, partout en province, dépasse l’offre. Or, les salaires sont compétitifs et, en tant que travailleurs autonomes, les sténographes officiels ont l’occasion de gérer eux-mêmes leurs horaires et leurs mandats. « J’ai la chance de me lever tous les matins pour aller faire ma passion plutôt que d’aller travailler », s’exclame Pier-Jade Duchaine qui apprécie tous les avantages que lui offre sa nouvelle carrière.

Un parcours enrichissant
« Quand on débute la formation, c’est un peu l’inconnu! Notre profession est méconnue », reconnaît-elle. « Plus j’en apprenais [sur cette profession-là], plus j’étais motivée! Ç’a été un parcours assez enrichissant, c’est beaucoup de défis – des défis psychologiques, je dirais – de garder la motivation, puis de toujours mettre des efforts constants. » La formation, offerte en continu, sur une période de deux ans, requiert une pratique quotidienne d’environ 3 heures par jour, 7 jours par semaine. Elle est offerte sous forme de « synchrone à distance », c’est-à-dire que les cours sont offerts en ligne, en temps réel, dans une classe virtuelle. En plus des cours offerts en avant-midi ou en après-midi, 5 jours par semaine, les étudiants doivent faire preuve de discipline afin de garder le rythme de la formation et d’en atteindre les objectifs. C’est cet apprentissage constant qui a permis à Pier-Jade de persévérer et de mener à terme son projet de devenir sténographe officielle. « Il a fallu mettre les efforts qu’il fallait, quand il le fallait! »

La recette du succès : une attitude positive
Selon Pier-Jade, la clé aura été d’adopter la bonne attitude. « Si on est positif et on pense qu’on peut réussir, on a au moins 50% du travail de fait! » Elle ajoute : « C’est sûr que c’est difficile,    c’est sûr qu’on a souvent envie de lâcher, mais une fois que c’est fait, une fois que c’est accompli, la qualité de vie qui est associée à notre métier vaut vraiment la peine. C’est vraiment un cadeau qu’on se fait!»

Il est à noter que l’ÉSJQ accepte présentement des demandes d’admission pour l’automne 2015. Rendez-vous sur notre site web pour plus de détails : http://www.ecoledestenographie.ca
Pour plus d’information, pour un article ou pour une entrevue, contactez l’école de sténographie judiciaire, au 465, rue Saint-Jean, bureau 505 à Montréal, par téléphone au (514) 439-1885

-30-

Crédit photos : James Desauvage – Agence (vidéo) : Adviz